vendredi 20 octobre 2017

Tortues à l'infini - John Green

Titre : Tortues à l'infini
Auteur : John Green
Éditeur : Gallimard Jeunesse
  338 pages
Parution : 10 octobre 2017
Titre VO: Turtles all the way down
Traduction : Catherine Gibert

Résumé de l'éditeur :


Aza, seize ans, n'avait pas l'intention de tenter de résoudre l'énigme de ce milliardaire en fuite, Russell Pickett. Mais une récompense de cent mille dollars est en jeu, et sa Meilleure et Plus Intrépide Amie Daisy a très envie de mener l'enquête. Ensemble, elles vont traverser la petite distance et les grands écarts qui les séparent du fils de Russell Pickett : Davis.
Aza essaye d'être une bonne détective, une bonne amie, une bonne fille pour sa mère, une bonne élève, tout en étant prise dans la spirale vertigineuse de ses pensées obsessionnelles.
Aza, Daisy, Davis, trio improbable, trouvent en chemin d'autres mystères et d'autres vérités, celles de la résilience, de l'amour et de l'amitié indéfectible.

Mon avis : 


Tout d'abord, je tiens à remercier les éditions Gallimard Jeunesse pour ce partenariat.Je pensais acheter ce livre en VO mais j'ai finalement apprécié la VF. La couverture est sobre mais élégante et la spirale orange illustre parfaitement le livre.

Pour ce qui est du contenu, je dois avouer que j'ai eu du mal à rentrer dans l'histoire. Les quarante-trois premières pages ne me fascinaient pas, peut-être parce que cette sortie est extrêmement médiatisée et c'est d'ordinaire quelque chose qui a tendance à me fairue fuir.

Cependant, la magie a opéré ! La plume de John Green est captivante et elle sait dessiner les choses à la perfection. Je me suis vraiment attachée à Aza, j'imagine sans peine son quotidien. Certes, je n'ai pas ce genre de problème mais j'en ai d'autres et je fais des crises d'angoisse à répétition. Donc même si chez moi c'est très léger, j'imagine l'horreur de sa situation. La maman d'Aza est touchante, cette inquiétude qu'elle a pour sa fille est attendrissante même si parfois elle l’étouffe un peu.
La relation entre Aza et Daisy m'a vraiment plu. Elle est à la fois profonde et superficielle et je l'ai trouvé juste et contemporaine. Je ne sais pas trop comment expliquer cela. La relation que notre personnage principal a avec David Pickett est vraiment belle. J'ai adoré la façon dont ces deux êtres brisés se comportaient l'un envers l'autre.

Ce livre n'est pas une ode à l'amour et ça fait du bien. C'est un hymne à l'amitié et une bien belle manière d'aborder les TOCs.

J'ai apprécié le type de narration. Les passages rédigés s'entrecoupent de messages et d'articles de blogs. A ce propos, j'ai aimé que l'histoire soit ancrée dans le monde d'aujourd'hui et j'adorerais suivre un blog comme celui-là, je le trouve sublime.

Ce livre m'a bouleversée. Je pouvais ressentir les angoisses d'Aza et je me suis même retrouvée en train d'enfoncer mon pouce dans mon index.

Je dois dire que si j'avais adoré Nos étoiles contraires, selon moi Tortues à l'infini est encore meilleur. Je n'ai encore rien lu d'autre de l'auteur mais cela ne saurait tarder car j'ai Let it Snow et Paper Town qui m'attendent dans ma bibliothèque.

Et vous, que pensez-vous de John Green et de son dernier livre ?

A très vite ♣

 

vendredi 6 octobre 2017

Second Chance Summer - Morgan Matson

Titre : Secind Chance Summer
Auteur : Morgan Matson
Éditeur : Simon & Schuster
482 pages
Parution : 2012

Résumé :


Taylor Edwards’ family might not be the closest-knit—everyone is a little too busy and overscheduled—but for the most part, they get along just fine. Then Taylor’s dad gets devastating news, and her parents decide that the family will spend one last summer all together at their old lake house in the Pocono Mountains.

Crammed into a place much smaller and more rustic than they are used to, they begin to get to know each other again. And Taylor discovers that the people she thought she had left behind haven’t actually gone anywhere. Her former best friend is still around, as is her first boyfriend…and he’s much cuter at seventeen than he was at twelve.

As the summer progresses and the Edwards become more of a family, they’re more aware than ever that they’re battling a ticking clock. Sometimes, though, there is just enough time to get a second chance—with family, with friends, and with love.

 

Mon avis :




Je l'ai enfin fait ! J'ai enfin lu tous les Morgan Matson ! Et celui-ci ne fit pas exception à la règle, c'est encore un coup de cœur.
J'ai lu ce livre dans l'avion qui m'amenait en Écosse le 30 août. Et c'était bête, très bête. Je connaissais l'histoire de ce livre, je savais que j'allais pleurer. Mais je l'ai quand même lu et j'ai pleuré dans l'avion entre ma mère et le vieux monsieur assis à ma gauche.

Morgan Matson sait vraiment y faire. Elle a une plume addictive comme j'ai rarement vu. Quand j'ai commencé ce livre, il me fallait le finir. Elle a un don pour écrire des histoires mignonnes avec des personnages attachants. Certes, Morgan Matson écrit du roman jeunesse, hors je lis de moins en moins de jeunesse, je me diversifie, mais avec elle, ça prend à chaque fois.

J'ai aimé le personnage de Taylor et les relations qu'elle entretient avec son père ainsi qu'avec son frère. Sa sœur m'a un peu énervée mais j'ai fini par l'apprécier malgré tout. Les personnages de Lucy et Henry sont attachants à souhait.

De plus, les descriptions donnent envie de partir aux Etats-Unis. Ce qui est simple avec l'autrice c'est de visualiser ce que vous lisez. Ici, les gens et les lieux prennent forme dans votre esprit. Si je savais dessiner, je vous dessinerais ce que j'ai vu parce que vraiment, c'était magnifique.

L'été prochain si j'en ai le temps, je voudrais vraiment relire les quatre romans de l'autrice à la suite et dans l'ordre car il y a des clins d’œil et des crossover entre les quatre romans et comme je n'en ai lu aucun dans le bon ordre, j'ai raté pas mal de choses.

Je voudrais remercier Amélie, mon ananas à la crème de m'avoir fait découvrir Morgan Matson. Donc Amélie si tu passes par là, merci pour tout ces beaux moments ♥

Avez-vous Second Chance Summer ? Ou tout autre Morgan Matson ? Qu'en avez-vous pensé ? Dites-moi tout en commentaires.

A très vite ♣




jeudi 5 octobre 2017

Maudit Printemps - Antonio Manzini

Titre : Maudit Printemps
Auteur : Antonio Manzini
Éditeur : Denoël
Collection : Sueurs froides
  304 pages
Parution : 4 mai 2017
Titre VO: Non è stagione
Traduction : Samuel Sfez

Résumé de l'éditeur : 

 
Chiara Breguet, héritière d’une riche famille d’industriels du Val d’Aoste, étudiante brillante admirée de ses pairs, n’a plus donné de ses nouvelles depuis plusieurs jours. Persuadé que cette disparition est inquiétante, Rocco Schiavone se lance dans une course contre la montre pour sauver la jeune femme et découvrir ce que dissimule la façade impeccable de ce milieu nanti. Pendant ce temps, la neige tombe sur Aoste en plein mois de mai, et cette météo détraquée ne fait qu’exacerber la mauvaise humeur légendaire de Rocco.  

Mon avis : 


Tout d'abord, je tiens à remercier les éditions Denoël pour ce partenariat. Je dois dire que je ne suis jamais déçue par leurs titres de la collection Sueurs froides.

Ce livre est le tome trois d'une trilogie mettant en scène Rocco Schiavone. Cependant, je ne le savais pas en sélectionnant ce livre et je dois dire que cela ne m'a pas vraiment gênée. Certes, quelques passages du passé de Rocco sont flous mais cela ne m'a pas dérangée dans ma lecture. 

J'ai lu ce livre en août pendant mon voyage en Angleterre et je l'ai dévoré en deux trajets de bus.J'ai aimé ce roman pour son intrigue. En effet, on suit plusieurs choses, ou ce qui semble être plusieurs choses, en même temps mais cela n'est en aucun cas un problème. J'ai aimé ce personnage de sous-préfet italien.

L'histoire n'est pas des plus originales, je vous l'accorde. Cependant, elle est maniée avec classe par Antonio Manzini qui nous dépeint une police italienne assez catastrophique au sein de laquelle s'enchaînent les bourdes et les faux pas. 

Le personnage principal bien que complètement insupportable est attachant ainsi que ses collègues. J'ai aimé la façon dont l'enquête est menée et dont les solutions nous sont apportées.

Mon avis sera assez bref. En effet, j'ai lu ce livre il y a bientôt deux mois et mon petit cerveau a du mal à faire son effort. Cependant, j'ai passé un très bon moment avec cette lecture.

mardi 3 octobre 2017

Pile à lire mensuelle - Octobre 2017


Bonjour à tous,

On se retrouve aujourd'hui avec ma pile à lire du mois d'Octobre. Ce mois-ci, j'ai décidé de prévoir large et de piocher dans la PAL du mois au gré de mes envies.
Il y aura des services presses mais tout les autres livres ont été choisi dans une longue liste par mon ananas Amélie ♥

Donc pour ce mois-ci, je vais tout d'abord finir Lord of Shadows de Cassandra Clare. Au moment où je rédige cet article, j'en suis à 24% et j'aime énormément.

Ensuite je piocherais dans mes SP :
Quant aux choix d'Amélie, les voilà :


Après Lord of Shadows, je ne vais pas attaquer sur un second Cassandra Clare, même si ce n'est pas l'envie qui m'en manque...
Je lirais probablement Dubliners de l'auter irlandais James Joyce qui me validera une consigne de la course à thèmes ("lire un livre sur l'Irlande"). A Room with a view validera la consigne "lire un livre de plus de 100 ans". Connor Franta rentrera dans la consigne "lire une biographie" alors que le Cassandra Clare validera "lire un recueil de nouvelles".
The Adventures of Huckleburry Finn n'est pas ma priorité car il ne rentre pas dans la course à thèmes. Toutefois, il est important pour mon CAPES.
Je dois absolument lire Le dernier pêché ce mois-ci.

Avez-vous certains de ces livres dans votre PAL ? Si c'est le cas, n'hésitez pas à me proposer une lecture commune.

Je vous souhaite de belles lectures en ce mois d'octobre.
A très vite ♣

mercredi 27 septembre 2017

Comme une pierre que l'on jette - Hayat El Yamani

Titre : Comme une pierre que l'on jette
Auteur : Hayat El Yamani
Éditeur : Persée
163 pages
Parution : 17 octobre 2016


Résumé de l'éditeur :


En retrouvant par hasard son amour d’étudiante sur Facebook, Frida n’imaginait pas que tant de souvenirs remonteraient à la surface. Les photos et les actualités qui défilent font ressurgir dans sa tête admiration, frustration, et quantité de sentiments enfouis.
Elle ressent à nouveau l’intimité partagée vingt ans plus tôt, le doute, la jalousie, le renoncement. Alors elle rédige un message qui, comme une bouteille lancée à la mer, ramènera dans son sillage bien des surprises.
Un roman tout en douceur qui rappelle l’infime frontière entre l’amour et l’amitié. Loin des clichés de la littérature sentimentale, on oscille avec les personnages entre le passé et le présent. On rature et on réécrit l’histoire en même temps qu’on apprend à la connaître. Un écrin d’émotions pour une ode à la vie.
Auteur de plusieurs romans, dont « Rêve d’Envol », et d’un essai « Biculturels », Hayat El Yamani livre ici une touchante réflexion sur la fascination amoureuse.
Maroco-française, Hayat El Yamani est ingénieur et écrivain.

Mon avis :


     Tout d'abord, je tiens à remercier les éditions Persée ainsi que Livraddict pour l'envoi de ce titre.
J'ai été séduite par cette couverture pastel et le résumé. Et je suis ravie d'avoir été sélectionnée pour ce service presse car vraiment, ce livre est extraordinaire.
     Il est court, 163 pages, cela se lit en une fois. De toutes façons, j'ai tellement été happée par l'histoire que je n'aurais pas pu le poser. J'ai adoré l'idée d'une lettre ouverte. J'ai aimé me plonger dans le passé de Frida et de Clark, dans celui d'Inès et de Luella. J'ai apprécié côtoyer ces étudiants. Et j'ai aimé voir grandir Frida au cours de la rédaction de sa lettre.
     Certes, il arrive qu'elle se répète un peu, mais c'est le principe d'une lettre ouverte, elle a écrit avec son cœur, pas avec son cerveau. Et j'ai trouvé ça beau, poétique et inspirant. Tellement inspirant, que j'ai moi-même écrit une lettre cette nuit, lors d'une insomnie, lettre que j'espère avoir le cran de donner à son propriétaire. En lisant ce livre, je me suis sentie forte et je me suis dit "pourquoi pas moi?". Pour cela, je tiens à remercier Hayat El Yamani qui m'a rappelée, au bon moment de ma vie qu'écrire libère de tous les maux.
     Les trente cinq dernières pages consistent en une interaction surprenante mais agréable. Le seul défaut que je pourrais trouver à ce livre, c'est qu'il m'a laissée sur ma fin. J'ai lu la dernière ligne et j'ai vraiment cru qu'il manquait des pages. Je me suis dit que c'était invraisemblable de laisser le lecteur dans cet état.
     J'ai eu un vrai coup de coeur pour ce livre. Mon avis est bref mais pour résumer : lisez cette pépite !

A très vite ♣