menu

Mes derniers avis

https://lemondedesapotille.blogspot.com/2020/03/une-passion-en-irlande-lynne-graham.html https://lemondedesapotille.blogspot.com/2020/02/tous-les-bonheurs-du-monde-celine.html https://lemondedesapotille.blogspot.com/2020/02/des-romances-pour-la-saint-valentin.html https://lemondedesapotille.blogspot.com/2020/01/the-places-ive-cried-in-public-holly.html https://lemondedesapotille.blogspot.com/2019/12/les-monologues-du-vagin-eve-ensler.html https://lemondedesapotille.blogspot.com/2019/12/comment-ne-pas-faire-pitie-noel-quand.html https://lemondedesapotille.blogspot.com/2019/12/trois-mots-cinq-mensonges-michel.html https://lemondedesapotille.blogspot.com/2019/11/je-te-protegerai-peter-may.html https://lemondedesapotille.blogspot.com/2019/10/il-est-grand-temps-de-rallumer-les.html https://lemondedesapotille.blogspot.com/2019/10/hate-list-jennifer-brown.html

mercredi 27 septembre 2017

Comme une pierre que l'on jette - Hayat El Yamani

Titre : Comme une pierre que l'on jette
Auteur : Hayat El Yamani
Éditeur : Persée
163 pages
Parution : 17 octobre 2016


Résumé de l'éditeur :


En retrouvant par hasard son amour d’étudiante sur Facebook, Frida n’imaginait pas que tant de souvenirs remonteraient à la surface. Les photos et les actualités qui défilent font ressurgir dans sa tête admiration, frustration, et quantité de sentiments enfouis.
Elle ressent à nouveau l’intimité partagée vingt ans plus tôt, le doute, la jalousie, le renoncement. Alors elle rédige un message qui, comme une bouteille lancée à la mer, ramènera dans son sillage bien des surprises.
Un roman tout en douceur qui rappelle l’infime frontière entre l’amour et l’amitié. Loin des clichés de la littérature sentimentale, on oscille avec les personnages entre le passé et le présent. On rature et on réécrit l’histoire en même temps qu’on apprend à la connaître. Un écrin d’émotions pour une ode à la vie.
Auteur de plusieurs romans, dont « Rêve d’Envol », et d’un essai « Biculturels », Hayat El Yamani livre ici une touchante réflexion sur la fascination amoureuse.
Maroco-française, Hayat El Yamani est ingénieur et écrivain.

Mon avis :


     Tout d'abord, je tiens à remercier les éditions Persée ainsi que Livraddict pour l'envoi de ce titre.
J'ai été séduite par cette couverture pastel et le résumé. Et je suis ravie d'avoir été sélectionnée pour ce service presse car vraiment, ce livre est extraordinaire.
     Il est court, 163 pages, cela se lit en une fois. De toutes façons, j'ai tellement été happée par l'histoire que je n'aurais pas pu le poser. J'ai adoré l'idée d'une lettre ouverte. J'ai aimé me plonger dans le passé de Frida et de Clark, dans celui d'Inès et de Luella. J'ai apprécié côtoyer ces étudiants. Et j'ai aimé voir grandir Frida au cours de la rédaction de sa lettre.
     Certes, il arrive qu'elle se répète un peu, mais c'est le principe d'une lettre ouverte, elle a écrit avec son cœur, pas avec son cerveau. Et j'ai trouvé ça beau, poétique et inspirant. Tellement inspirant, que j'ai moi-même écrit une lettre cette nuit, lors d'une insomnie, lettre que j'espère avoir le cran de donner à son propriétaire. En lisant ce livre, je me suis sentie forte et je me suis dit "pourquoi pas moi?". Pour cela, je tiens à remercier Hayat El Yamani qui m'a rappelée, au bon moment de ma vie qu'écrire libère de tous les maux.
     Les trente cinq dernières pages consistent en une interaction surprenante mais agréable. Le seul défaut que je pourrais trouver à ce livre, c'est qu'il m'a laissée sur ma fin. J'ai lu la dernière ligne et j'ai vraiment cru qu'il manquait des pages. Je me suis dit que c'était invraisemblable de laisser le lecteur dans cet état.
     J'ai eu un vrai coup de coeur pour ce livre. Mon avis est bref mais pour résumer : lisez cette pépite !

A très vite ♣

mardi 26 septembre 2017

Le Secret de la manufacture de chaussettes inusables - Annie Barrows

   Titre : Le Secret de la manufacture de chaussettes inusables
Auteur : Annie Barrows
Éditeur : 10/18
  657 pages
Parution : 2 juin 2016

 

Résumé de l'éditeur : 


Layla Beck, une jeune citadine fortunée, fille d'un puissant sénateur du Delaware, refuse d'épouser le riche parti que son père a choisi pour elle et se voit contrainte d'accepter un emploi de rédactrice au sein d'une agence gouvernementale. Elle n'a jamais travaillé de sa vie, mais en ces temps de grande dépression, nécessité fait loi. Sa mission : se rendre dans la petite ville de Macedonia, interroger ses habitants hauts en couleur, et rédiger l'histoire de cette ville sur le point de célébrer le cent-cinquantenaire de sa fondation. Elle prend pension chez les Romeyn, des excentriques désargentés, autrefois propriétaires d'une grande fabrique de chaussettes et autres articles de bonneterie – Les Inusables Américaines – qui a été ravagée par un incendie plusieurs années auparavant. Ce drame, qui a coûté la vie au grand amour de Jottie Romeyn, reste gravé dans les mémoires et suscite encore bien des questions. Ce même été, Willa Romeyn, douze ans, grande admiratrice de Sherlock Holmes, décide de tourner le dos à l'enfance et d'utiliser ses dons de déduction pour percer les mystères qui semblent entourer sa famille. De question en réponse, de soupçon en révélation, Layla et Willa vont bouleverser le cours des choses, changer profondément et à jamais l'existence de tous les membres de leur petite communauté, et mettre au jour vérités enfouies et blessures mal cicatrisées.

 

 Mon avis :

     J'ai lu ce livre en lecture commune avec Adely du blog Lectureenfantparent. Vous pouvez retrouver son avis ici.
     Ayant adoré Le Cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates, je ne pouvais qu'avoir envie de découvrir Le Secret de la manufacture de chaussettes inusables. Cependant, le premier étant un livre à quatre mains, j'avais un peu peur de ne pas retrouver le style que j'avais tant aimé dans le second. Fort heureusement, ce ne fut pas le cas. J'ai vraiment énormément apprécié la plume d'Annie Barrows, au point de ne pas voir passer (ou presque) les 657 pages.
     Tout d'abord, je me dois de préciser que j'adore ces titres à rallonges, je les trouve agréables à prononcer à voix haute. Ensuite, je trouve que la couverture est pétillante. Elle est certes chargée à souhait, mais je trouve que cette surcharge convient parfaitement avec le contenu, il y a une certaine lourdeur qui fait écho au poids de certains évènements du roman et je trouve ça brillant.
     Quant aux personnages, j'ai aimé leur diversité. Ils ont tous été travaillé avec soin et c'est vraiment appréciable de sentir qu'ils ont une histoire en dehors de celle que l'autrice nous offre. J'ai trouvé Willa et Jottie attachantes, tout comme Layla et Emmett. J'ai eu plus de mal avec Felix et Bird...
     Si vous vous attendez à de l'action, passez votre chemin. Il se passe beaucoup de choses, mais ce n'est pas trépidant. Nous avons cependant une très belle fresque familiale de l'Amérique de l'entre-deux guerres. Le climat histoire est vraiment bien détaillé avec la crise des années 30 et la montée du syndicalisme. J'ai trouvé ça extrêmement réaliste, on voit que l'autrice connaît son sujet et c'est un bonheur.
     J'ai également apprécié la multitude de points de vue. Nous retrouvons le point de vue de Willa, ainsi que ceux de Jottie, avec les flashback et Layla avec ses lettres. Cela permet au lecteur d'entrer plus facilement dans l'histoire.
     Pour ce qui est du secret et de l'intrigue, même si on se doute assez rapidement des choses, je trouve que c'est fort bien amené et il reste quand même la surprise autour de pas mal d'évènements.

     En bref, Le Secret de la manufacture de chaussettes inusables est un roman fort plaisant, habillement écrit et qui nous décrit parfaitement l'atmosphère des États-Unis dans les années 30.
      Je ne peux que vous le conseiller et j'espère que vous passerez un aussi bon moment en compagnie des Romeyn que celui que j'ai passé !
Si vous avez déjà lu ce livre, n'hésitez surtout pas à me dire ce que vous en avez pensé.

A très vite ♣

jeudi 21 septembre 2017

L'aube sera grandiose - Anne-Laure Bondoux

Titre : L'Aube sera grandiose
Auteur : Anne-Laure Bondoux
Éditeur : Gallimard Jeunesse
296 pages
Parution : 21 septembre 2017

Résumé de l'éditeur : 


Titania emmène sa fille, Nine, seize ans, dans une mystérieuse cabane au bord d'un lac. Il est temps pour elle de lui dévoiler des événements de sa vie qu'elle lui a cachés jusqu'alors. Nine écoute, suspendue aux paroles de sa mère. Flash-back, anecdotes, personnages flamboyants, récits en eaux troubles, souvenirs souvent drôles et parfois tragiques, bouleversants, fascinants secrets... Peu à peu jaillit un étonnant roman familial, qui va prendre, pour Nine, un nouveau tour au matin.
 
Mon avis : 

Tout d'abord, je tiens à remercier les éditions Gallimard jeunesse pour ce service presse. J'ai découvert l'autrice grâce à eux et à l'envoi de Tant que nous sommes vivants que j'avais adoré. J'ai poursuivi avec Et je danse, aussi qu'elle a coécrit avec Jean-Claude Mourlevat mais même si ces deux livres étaient très bons, pour moi L'Aube sera grandiose est une apothéose. 

J'ai commencé ce roman hier soir et j'ai lu 111 pages d'un coup. Seule la fatigue m'a forcée à poser le livre et je l'ai terminé ce matin, d'une traite. Et je suis complètement bluffée. Anne-Laure Bondoux à un talent fou pour l'art de la plume. A ce stade là, ce n'est plus un métier, c'est un art, un vrai. Ses mots sont beaux, ils sont purs et ils vous touchent au plus profond de vous. 

J'ai adoré ce roman familial où en une nuit, toute une vie peut-être bouleversée. Apprendre que vous n'êtes pas tout à fait celle que vous croyiez être. J'ai trouvé l'histoire touchante, brillante et émouvante. J'ai aimé découvrir la vie de ces trois générations et j'étais comme Nine, dans le désir que Titania continue son histoire, qu'elle me dise tout. J'étais avec elles dans la maison du bord du lac et j'avais l'impression d'être un membre de cette famille. Cette famille, malgré tout ses problèmes, tout ces coups durs est une belle famille, où l'amour règne et c'est une famille qui fait envie. 

Je ne sais pas trop comment vous expliquer ce que je ressens à l'issue de cette lecture. Je me sens différente, changée. 

Les illustrations de Coline Peyrony sont un plus que j'ai trouvé très important. Elles ajoutent une dimension supplémentaire au livre. Déjà elles sont très belles, et ensuite, elles sont justes, dans le ton du texte.

Ce roman magnifique sort aujourd'hui en librairie et si vous avez un minimum confiance en moi et en mes goûts, foncez acheter ce joyau de la littérature jeunesse. Ce roman plein de poésie vous emportera bien loin, dans une cabane au bord d'un lac. Et c'est un voyage qui vaut la peine d'être effectué ! 

A très vite ♣

lundi 18 septembre 2017

Le tailleur de Panama - John Le Carré

   Titre : Le tailleur de Panama
Auteur : John Le Carré
Éditeur : Pocket
448 pages
Parution : 14 Octobre 1998

Résumé de l'éditeur :


Harry Pendel, tailleur renommé, est contacté par le mystérieux Andrew Osnard. Ce dernier, espion sans scrupules chargé de suivre l'évolution politique du Panama, loblige à devenir son informateur. Qui mieux que Pendel, dans le bureau duquel défilent tous les hommes qui comptent au Panama, pourrait en effet le renseigner sur les bruits de couloirs et les rumeurs ? Mais Pendel prend la mesure des enjeux et, plutôt que de simplement recouper ses informations, décide de se mettre à broder. Sur la foi de ces chimères, son épouse, son meilleur ami, sa fidèle employée mais aussi les diplomates, les militaires, les barons de la finance et de la presse internationale vont bientôt se retrouver pris dans une énorme affaire géopolitique dont aucun ne sortira indemne.

Mon avis : 


Un copain m'a donné ce livre et j'ai mis plus de deux ans à le sortir de ma PAL. Si j'avais su, je l'y aurais laissé. Je n'aime pas dire du mal de mes lectures, mais mon but étant d'être objective... je me lance !

J'ai lu ce livre à Plymouth, je me suis dis qu'avec toutes les heures de bus, il allait passer comme une lettre à la poste mais ce ne fut absolument pas le cas. J'ai abandonné ma lecture au bout de 350 pages. C'est peut-être bête à ce stade de pas avoir continué mais c'était au-dessus de mes forces. J'ai quand même lu le dernier chapitre histoire de connaître l'issue, mais ça ne changera pas ma vie.

L'écriture est lourde, je l'ai trouvée bien trop descriptive. Ce qui aurait pu tenir en une page en prenait souvent quatre ou cinq et c'est quelque chose qui a le don de m'énerver.
C'est dommage car j'aimais bien Harry Pendel mais c'est le seul personnage auquel je me suis attachée. Je confondais tous les autres hommes entre eux, trop de noms,trop de ressemblance dans ce milieu politique corrompu qui aurait pourtant pu être fascinant.

J'ai lu ce livre il y a deux mois et je ne me souviens de rien d'autre que du prix des costards et c'est dommage car le résumé m'attirait.

Ce livre a plu a beaucoup de monde, il peut plaire à certains d'entre vous. C'est juste qu'avec moi cela n'a absolument pas fonctionné.

A très vite pour quelque chose de plus positif ♣

dimanche 17 septembre 2017

Mademoiselle à la folie - Pascale Lécosse

  Titre : Mademoiselle, à la folie !
Auteur : Pascale Lécosse
Éditeur : Éditions de la Martinière
125 pages
Parution : Août 2017

Résumé de l'éditeur : 


Catherine danse au sommet de sa vie. Fantasque et admirée, elle a embrassé les acteurs les plus séduisants, joué dans les plus grands films. Elle aime les autres éperdument et distraitement. Jean, son amant éternel, ministre dûment marié. Mina, son assistante, sa confidente, sa meilleure amie. Mina qui ne lui passe rien, Mina qui lui permet tout. Pourtant, un jour, les coupes de champagne à onze heures du matin, les coups de tête irrésistibles : même Catherine n’y comprend plus rien. Tout va trop vite, tout s’embrouille. Mina fera tout pour protéger Catherine de la maladie qui ne dit pas son nom. Car Mademoiselle veut jouer son rôle jusqu’au bout. Un peu, beaucoup, à la folie.

Mon avis : 


Tout d'abord, je tiens à remercier les éditions de la Martinière pour ce partenariat.
Mademoiselle, à la folie ! est le premier roman de Pascale Lécosse. C'est un roman sur un sujet tabou parce que la maladie est un sujet dont on n'aime pas parler. C'est un sujet délicat surtout quand il nous touche de près. Ce n'est, heureusement, pas mon cas, mais j'ai travaillé en maison de retraite et je sais donc ce que c'est que d'être confrontée à la difficulté de cet univers.

Catherine est une femme touchante qui se bat pour sa survie. J'ai cependant eu du mal à m'attacher aux personnages, les formats courts ont du mal à m'emporter totalement. J'ai quand même apprécié cette lecture. Je trouve la plume de l'auteur très poétique et facile à lire. J'ai aimé le choix de ses mots et la manière élégante de parler d'un sujet aussi tabou. Mina est une personne protectrice, qui agit un peu comme une vraie fille et qui a su me toucher tout comme Jean, même si je l'ai quand même trouvé en recul.

Ce livre est vraiment un hymne à l'amour et un hymne à la vie malgré le fait qu'il parle de dégénérescence.

Je vous recommande ce livre ne serait-ce que pour la plume de pascale Lécosse.

A très vite ♣